Aller au contenu principal
Ministère des Infrastructures et des Transports

Halte aux surcharges

Publié le : 22 aoû 2016

Le Ministre des Infrastructures et des Transports et son collègue de la Sécurité et de la Protection Civile sont formels. « Les auteurs de violation du règlement n°14 de l’UEMOA seront sanctionnés conformément à la rigueur de la loi ».

Ainsi, auront décidé les Ministres Ninsao GNOFAM et Damhane YARK lors de leur rencontre avec les partenaires syndicaux du secteur des transports ce 23 juillet 2016.

Les deux membres du gouvernement chargés des transports et de la sécurité ont été instruits pour porter à la connaissance des transporteurs et de tous les autres acteurs concernés par l’application du règlement n°14 /CM/ UEMOA du 16 décembre 2005 que sa violation expose les auteurs à des sanctions prévues à cet effet. Aussi, prirent-ils le soin de justifier les mobiles qui avaient conduit la CEDEAO et l’UEMOA à prendre une telle disposition pour ensuite l’imposer à tous les Etats membres dont le Togo

LES FAITS DE DJEREHOUE

Cette décision peu attendue a été prise suite à l’évènement survenu dans la nuit du 08 au 09 juillet 2016 au poste de pesage de Djéréhoué. Le film de ces évènements, selon le Ministre Ninsao GNOFAM a débuté par son interpellation par son collègue du Burkina Faso le 06 juillet 2016. Le Ministre burkinabè de la mobilité portait à sa connaissance la présence sur le territoire burkinabè des camions surchargés en provenance du Togo.

Le 07 juillet 2016, une autre information parvient au directeur des Transports Routiers et Ferroviaires, Monsieur Délato AGBOKPE l’apprenant que certain conducteurs de camions refusent de passer sur l’équipement de pèse à essieu à Djéréhoué.

Informé, le Ministre a aussitôt instruit d’y ériger un guêpier.  Le piège aussitôt mis à cet effet, a attrapé 28 véhicules qui seront ensuite bloqués au poste de péage de Sotouboua. Ils sont ensuite conduits sous escorte à Sokodé où ils seront immobilisés. Au total, sur 41 véhicules contrôlés à cet effet, 39 sont surchargés en violation du règlement n°14.

Lorsque la mission a exigé le délestage desdits camions, les transporteurs togolais ont obtempéré pendant que leurs homologues du Burkina Faso avaient refusé. Ils ont été bloqués. Les autres ont été libérés après le versement d’une amende.

Top